Coaching sportif

La Chronique de Marie #1

La Chronique de Marie, c’est avant tout l’envie de vous partager un peu de son expérience personnelle, de ses inspirations autour du sport et du plaisir qu’il lui apporte au quotidien. Instaurer un mode de vie healthy, un esprit sain dans un corps sain, s’aider du sport pour surmonter des épreuves personnelles ou professionnelles, Marie propose chaque mois sur Fysiki un billet inspirant. Et si cela vous donnait des idées ? Découvrez aujourd’hui le premier billet des Chroniques de Marie.

Savoir se mettre au défi… et le relever

Il y a quelques années, j’ai vécu une expérience qui a changé radicalement ma façon d’aborder la vie dans tous ses aspects. J’ai souhaité la partager avec vous aujourd’hui et j’espère qu’elle sera source de motivation pour continuer d’atteindre les objectifs que vous vous êtes fixés. Sportive amatrice jusqu’à mes 21 ans, j’avais pour ambition professionnelle de travailler dans l’organisation d’événements sportifs. J’ai donc intégré un Master dans le milieu sportif sur la côte basque. Tous les étudiants de ma promotion avaient une spécialité, natation, surf, running, VTT, etc. De mon côté, ce n’était pas tout à fait le néant, mais je n’excellais dans rien de particulier à part le ski que je ne pouvais pratiquer que de manière saisonnière.

Une de mes amies de la promotion faisait de la natation et était sauveteuse sur les plages l’été. Elle me disait souvent la première année qu’il fallait que je le fasse avec elle et qu’on s’entraine ensemble. D’abord motivée par l’idée d’avoir un Job d’été plutôt sympathique et d’être au service des autres, je me suis dit que je trouverais peut-être ma spécialité dans ce sport. Je me suis alors lancée dans cette aventure la rentrée suivante. Avant d’aller plus loin, que faut-il pour devenir sauveteur ? Un diplôme de secourisme que l’on appelle le BNSSA. Différentes manières de l’obtenir, en candidat libre, dans un club de natation ou encore avec les sapeurs pompiers. Si on souhaite être sauveteur en mer on participe à des sélections sportives qui se déroulent sur plus moins une semaine.

J’ai donc choisi de faire mes entrainements avec les sapeurs pompiers de St Jean de Luz. La natation est un sport bien plus complexe qu’il n’en a l’air, surtout quand les séances sont dispensées dans une ambiance militaire, et j’en ai fait l’expérience. Après les premiers entrainements, j’ai failli tout arrêter. J’étais tellement nulle par rapport à tous les autres qui avaient déjà des années d’entrainement derrière eux. Moi j’avais tout à apprendre et je n’avais que 6 mois pour atteindre un niveau assez élevé sur différentes épreuves. J’étais face à un dilemme : tout abandonner et reprendre ma vie d’avant en évitant la difficulté ou me donner à fond pour atteindre mon objectif. Quelque part, c’était un véritable challenge pour moi, et j’ai décidé d’opter pour la deuxième solution.

Quand on veut, on peut !

Vous le savez, on n’a rien sans rien, on ne court pas un marathon avec 1 entrainement par semaine sur 10km. J’ai donc changé radicalement de mode de vie. J’ai arrêté de fumer, j’ai suivi un régime alimentaire équilibré. Niveau entrainements, en plus des deux séances hebdomadaires, j’allais à la piscine deux fois supplémentaires et je faisais deux séances de running par semaine. J’ai fini par obtenir mon diplôme après 6 mois d’entrainements intensifs. Vous ne pouvez pas savoir le sentiment intense de satisfaction personnel que j’ai éprouvé.

Aucun regret, tous les sacrifices que j’avais fait pour atteindre mon objectif avaient payé ! Sont venus ensuite les sélections pour travailler sur les plages. Une semaine d’épreuves sportives en mer, en piscine et sur la terre pour tester notre aptitude à exercer ce métier et à secourir des personnes dans n’importe quelle situation. Plus qu’une épreuve physique, j’ai vécu cette expérience comme une épreuve mentale au cours de laquelle les instructeurs nous ont poussés à bout et nous ont forcés à dépasser nos limites. Même si la plupart des candidats étaient plus compétents que moi, je suis tellement fière d’avoir tenu jusqu’au bout quand d’autres ont abandonné dès le troisième jour. Depuis cette expérience, le sport fait partie intégrante de ma vie.

Pourquoi j’aborde cela avec vous aujourd’hui ?

Se fixer des objectifs c’est un peu entrer en compétition avec soi-même, se lancer un défi. Pas la peine de se promettre de faire le 100 m en 9 secondes non plus… Il faut voir l’objectif comme un palier à atteindre, à dépasser pour aller chercher le niveau supérieur et non comme un plafond qui représente une fin et ferait perdre la motivation si durement trouvée.

Lorsque j’ai débuté mon expérience avec Fysiki, j’ai vite réalisé que ce site de coaching en ligne avait été conçu dans le même état d’esprit et c’est ça qui m’a plu. Quelque part, Fysiki nous pousse à nous donner à fond. Chaque évaluation nous permet de visualiser les progrès réalisés au cours des séances et quoi comme meilleure motivation que de constater qu’on a fait 20 pompes alors que 3 mois auparavant on tenait à peine sur nos bras !

En résumé

Si vous êtes en train de lire ce billet, c’est surement parce que vous avez décidé de vous reprendre en main et de vous refaire une santé physique.

Alors ne lâchez rien, fixez vous des objectifs, dépassez vos limites et surtout n’oubliez pas la devise des Jeux Olympiques « Citius Altius Fortius » : Plus loin, Plus haut, Plus fort.

A propos de l’auteur

Article écrit par Marie la Fraise. Working girl mordue de sport, friande de bonnes recettes et en quête perpétuelle d’astuces pour se sentir bien dans son corps, Marie partage ses passions sur son blog www.completementfraisy.com. Elle aborde la vie d’une façon décalée tout en restant fixée sur ses objectifs. Membre actif de Fysiki avec l’application FizzUp, elle vous attend pour partager ses entraînements avec vous ! Suivez-là sur Fysiki !

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

8 personnes ont posté un commentaire
nadège dzidéesdenana

Très bon post qui redonne espoir à tous ceux qui reprennent et qui se disent qu’ils n’y arriveront jamais !!
Bravo à toi Marie

il y a 1 an
Pierre Pernet

Bonjour,
Marie a posé les base de quelque chose d’essentiel : la motivation ! Sans elle, rien ne se passera.
Pour ma part, j’ai eu un gros passage à vide, j’ai bien failli tout laisser tomber. Ce qui m’a redonné l’envie, c’est cet autre article : http://www.relaxationdynamique.fr/sports-motivation-champion-part1/
J’y ai appris comment me fixer mes objectifs et créer une vrai motivation.
Entre l’expérience de Marie et ça, j’espère que vous aussi ça vous donnera envie d’aller au bout vos objectifs !

il y a 1 an
Marie La Fraise

Bonjour Pierre, je te remercie pour ton gentil commentaire, je vais aller lire cet autre article que tu conseilles, vu le titre je pense que ça va me plaire :-) bonne journée :-)

il y a 1 an
Marie La Fraise

Merci Nadège pour ton post, j’espère que redonnera la motivation à ce qui en ont besoin oui, en tout cas c’était mon but :-) belle journée à toi la miss

il y a 1 an
Julien de Fysiki

je suis adepte du « Quand on veut on peut » merci Marie pour ce bel article :)

il y a 1 an
YANN BRANCHARD

je suis 100% d’accord la motivation est tres importante.
Et elle est pleine quand on voit les résultats.
toujours aussi motivé.

il y a 1 an
Emmanuel

Merci pour ton billet

il y a 1 an
Lucile

Super article ! Tellement vrai tout est question de motivation… On entend souvent dire « j’ai pas le temps de faire du sport » mais comme tu dis quand on veut on peut et on le trouve le temps !! Le plus dur c’est de se motiver :D

il y a 1 an
Ajouter un commentaire
Avatar
'