Coaching sportif

La gazelle et l’athlète

J’ai récemment eu l’occasion de lire l’un des derniers ouvrages issu des éditions Volodalen : La gazelle et l’athlète. Commençons par un brin de culture, pourquoi parle-t’on d’antilope en course à pied ? Tout simplement parce que les gazelles sont très rapides et endurantes. Certaines gazelles peuvent atteindre une vitesse de 100 km/h sur une distance de plusieurs centaines de mètres ou courir un marathon en moins d’une heure. Pour les connaisseurs, elle sont dotées d’une VO2 (volume d’oxygène inspiré à l’effort) de près de 380 ml/kg/m.

Revenons-en au livre et voyons un peu ce que nous dit la 4ème de couverture :

Comment penser l’endurance si ce n’est en visitant les exploits de ceux qui ont le mieux enduré ? Les secrets de l’endurance sont autant sur les pistes rouges des hauts-plateaux kenyans que dans nos dispositifs technologiques. online pharmacy prescription drugs Même nos sacro-saintes connaissances physiologiques sont à reconsidérer.

L’endurance ne peut s’entendre sans culture et sans émotions. Les stades d’athlétisme comme les terrains de football fourmillent d’une richesse insuffisamment exploitée pour qui veut comprendre la capacité à durer.

Du laboratoire à la vallée du Rift, ce livre visite les paysages variés de l’endurance individuelle et collective (sports collectifs). L’entraîneur, l’athlète ou le joueur trouveront une somme considérable de connaissances et d’expériences affinées pour la durée. Enfin libéré des lieux-communs http://viagra24onlinepharmacy.com/ sur l’endurance, il sera armé pour construire la méthode d’entraînement de l’effort de durée qui lui sied le mieux.

Cet opuscule fut un véritable régal à lire en bien des points. Tout d’abord, il est très largement illustré de graphiques et références nous aidant à mieux comprendre les explications données. De nombreux éléments sont comparés et étudiés : les gazelles, les méthodes d’entraînement issues des laboratoires, les entraînements sur les hauts plateaux kényan, la motivation, la vma, la VO2Max, les tests d’endurance, l’énergétique … Le livre est très bien structuré et les chapitres s’enchaînent très clairement permettant aux lecteurs de comprendre progressivement les tenants et aboutissants de l’endurance. Certains passages risquent toutefois d’être un peu difficile pour les néophytes (sans pour autant être risperdal indigeste).

Vous êtes un sportif d’endurance ? Fysiki vous recommande la lecture de La gazelle et l’athlète.

 

Vous avez aimé cet article, partagez-le :

6 personnes ont posté un commentaire
Fred

Le résumer que tu en fais , donne envie de le lire. Je vais voir si il est possible de le commander depuis la Suisse.

il y a 4 ans
Anonyme

Salut,

Je suis totalement OK avec les propos de Gilles. Ce livre est à mes yeux essentiels car il nous permet de nous questionner sur notre propre entrainement et donc chamboule un peu beaucoup passionnément à la folie les certitudes et autres vérités éternelles communément admises par les coureurs à pied.
Perso, je relis régulièrement de très nombreux passages de « La gazelle et l’athlète » afin de bien assimiler les « idées » qui sont développés.
Bref, je conseille très fortement la lecture de cet ouvrage.

il y a 4 ans
Maxence

Bonjour Gilles,

Je ne connaissais pas ce livre. Quel a été pour ton l’élément clé que tu as retenu de ce livre ? (par exemple, la principale information ) ?

Merci de ta réponse et à bientôt. ;)

Maxence.

il y a 4 ans
Hippomène

Salut,

Je me retrouve dans les propos de Gilles. Cela fait quelques mois que je me suis offert cet ouvrage et je ne suis vraiment pas déçu. Je relis encore très souvent de nombreux passages de « La gazelle et l’athlète » afin de m’imprégner un peu plus des idées essentielles qui « guident » ce livre.

« La gazelle et l’athlète » bouscule nos certitudes et nous permet ainsi de réfléchir sur notre propre vision et pratique de l’entrainement.

Ainsi, cet ouvrage permet de faire un lien entre la réalité/vérité du terrain et celles des laboratoires de physiologie, entre les coureurs des hauts plateaux kényans qui dominent le monde de la course à pied sans pour autant posséder l' »approche scientifique de l’endurance » et les coureurs/entraineurs « autres » qui peinent à suivre tout en disposant pourtant de laboratoires pour analyser leurs performances et produire des entrainements dit scientifiques.

Ce livre est en quelque sorte un aller-retour entre le Kénya et le « scientifique ».

il y a 4 ans
Vincestub

interessant ce boukin ! Hippomène a finit de me convaincre :)

il y a 4 ans
Mr Tignes

Commandé !

il y a 4 ans
Ajouter un commentaire
Avatar
'